La qualité de l'air dans les habitations

Climi chez soi pour une maison saine

Le taux de pollution de l'air des bâtiments, mieux isolés et moins ventilés, a augmenté. Ce qui a une influence sur notre santé. L'air extérieur est pollué, mais il l'est toutefois moins que l'air intérieur !
Dans nos intérieurs, nous trouvons aussi de grandes quantités de polluants provenant des matériaux (revêtements des murs et des sols, mobilier, décoration, animaux, …produits d'entretien, etc.)
Ces polluants sont peu agressifs pour la santé s'ils ne retrouvent pas en forte concentration. Le seul moyen de « diluer » ces polluants, c'est encore de renouveler notre air intérieur.
Renouveler l'air fréquemment permet aussi de diminuer l'humidité relative de l'habitation et empêcher ainsi le développement des moisissures, des champignons (taches noires et odeurs désagréables ) et la prolifération des acariens.  Les spores des moisissures (et champignons) sont responsables d'allergies, de problèmes respiratoires chroniques et de fatigues anormales.

Les appareils de mesure Climi donnent en permanence une indication de la qualité du climat intérieur  de l'habitation et rappellent aux occupants la nécessité de renouveler l'air. Le taux de CO2 reste le meilleur indice du confinement de l'air.

Comment ventiler son habitation ?  Une erreur fréquente à éviter !

Contrairement aux idées reçues, il est préférable de ventiler en ouvrant les fenêtres plusieurs fois de courts moments plutôt que deux fois par jour plus longtemps. En effet, en créant un courant d'air,  l'air d'une pièce est renouvelé après quelques secondes. Laisser les fenêtres ouvertes plus longtemps n'a pour effet que refroidir la pièce  et finalement gaspiller de l'énergie.